COMMENT TROUVER L'INSPIRATION EN PHOTOGRAPHIE ?

COMMENT TROUVER UN SUJET EN PHOTOGRAPHIE ?

LIRE L'ARTICLE

Comment trouver un sujet en photographie ?

Il y a des moments ou le déclic démange.
J’ai une envie irrépressible de prendre des photos.
Il y a des fois je suis sec. C’EST LE VIDE !
Soit parce que c’est comme ça ou en réaction à un trop, trop de photos.
Soit parce que j’ai l’impression de tourner en rond, de ne plus avoir de sujet, de ne pas trouver un sujet.
Je ne sais pas si ca vous arrive, en tout cas, moi ça m’arrive.
Et puis un petit boost d’inspiration et ca repart !

BON TOUT CA C’EST DES EXCUSES DE MERDE EN FAIT !

Aujourd’hui, nous allons parler du sujet en photographie et je vais essayer de répondre aux questions suivantes :
Qu’est ce qu’un sujet ? Une photo à t’elle besoin d’un sujet ?
Où et comment trouver un sujet ? Mon sujet doit il être beau  ?
Mon sujet photographique doit il être extraordinaire ?

Je vais essayer ici de répondre à tout ça, et la fin de l’article je suis persuadé que vous n’aurez plus jamais de problème avec cela !

COMMENT TROUVER UN SUJET EN PHOTOGRAPHIE ?

Qu’est ce qu’un sujet en photographie ?

Allez HOP ! On part pour une pseudo définition :

LE SUJET ?

Le sujet c’est l’objet d’une photographie, c’est de quoi vous allez parler.
La facilité c’est d’être simple, pas besoin de partir dans de grandes théories.

Tout peut être sujet : un lieu, un objet, une situation, un évènement …

LE MESSAGE ?

Le sujet d’une photo est différent du message, si tant est que le photographe a une intention.

Et le message en lui même n’est pas un discours, n’est pas forcément journalistique.

Parfois le message photographique est plus large, pas en lui même sur une photographie mais sur une série de photos, parfois sur une vie entière.
Le message peut se construire par l'”Editing”, plus précisément par les choix de photographies qui composent une série, si on fait des séries bien sûr.

Parfois, quand on montre une photo, il peut y avoir des choses qui nous échappent.
Un message peut être “lu” par l’observateur sur une photographie alors que l’auteur n’en avait pas l’intention.
A mon sens :  Le photographe est responsable de ce que l’observateur perçoit.
C’est pour cela qu’il y a un besoin de prendre du recul sur son propre travail et là c’est vraiment compliqué parfois?

Comment se simplifier la vie ?

La facilité, la simplicité voire le minimalisme !

Par exemple, une photo = 1 sujet.
Ne pas vouloir trop en dire, ça facilite la vie.

Sauf que, bon, dans les faits, il y a de superbes photos avec plusieurs sujets.

Mais bon, on n’est pas tous des maîtres de la photographie et à mon avis il vaut mieux parfois éviter de trop en dire.

Allez, on arrive forcément à la question suivante :

Mon sujet photographique doit il être beau ?

Le Beau est une notion abstraite et comme on ne va pas partir sur un cours de philo, cela va être le chapitre le plus court de cette article !

Le beau, la beauté, l’esthétisme est pourtant un sujet complexe et intéressant qui pourrait / pourra faire l’objet d’un article entier. On verra ça… car j’étais nul en philo au Lycée, c’est un grand regret d’ailleurs.

Alors, votre sujet doit il taper dans l’œil ?
OU dit autrement : Ce qui vous apparait à l’œil, ce que vous voyez tel que vous le voyez fera t’il un bon / beau sujet de photo ?

Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai vu un moment incroyable… qui fut tellement fade en photographie.

Par exemple, ce n’est pas toujours le cas, mais c’est fréquent : un coucher de soleil magnifique, un moment de beauté pour les yeux qui une fois dans la boite devient insipide, une énième photo banale.

Et pourtant un coucher de soleil peut être extraordinaire, n’est ce pas ?

Mon sujet photographique doit il être extraordinaire ?

Je réponds tout de suite : NON !  Et hop, vous pouvez passer à la question suivante !… Sauf si vous voulez la réponse longue qui est quand même plus intéressante :

Découvrir de l’extraordinaire dans l’ordinaire

L’ordinaire est la plupart du temps imperceptible car on n’y prête pas attention, il est pourtant partout.

Avez vous remarqué que quand on observe quelque chose assez longtemps, avec suffisamment d’attention, celle-ci peut devenir tellement intéressante, jusqu’à être captivé par cette chose si banale qui se trouve sous nos yeux ?

Avez vous déjà observé une colonie de fourmis, par exemple, au point de vous arrêter là et d’observer ce petit monde incroyable ?

La question du sujet ordinaire dans l’Art

La question du sujet dans “l’Art” commence dès la préhistoire : des types qui ne connaissaient pas l’écriture, “s’expriment” dès le paléolithique avec des formes géométriques, avec la représentation humaine (si tant est qu’il s’agisse de représentation), des corps comme sujet, puis son environnement …

Dans l’antiquité, les grecs puis les romains représentent la vie ordinaire, par des natures mortes puis des scènes de vie tout à fait ordinaires et tout à fait fascinantes.

Bon, oui, je ne vais pas refaire toute l’histoire de l’art et de la peinture, rassurez vous !

L’extraordinaire banalité de la vie

La pauvreté de la condition humaine, le simple, l’ordinaire, la banalité de la vie ont été traités tout au long des siècles.

Le “non sujet” également à partir du 20ème siècle : se débarrasser du sujet est un sujet en soi jusqu’à faire devenir la peinture le sujet ou la photographie un sujet en soi.

Alors il y a plusieurs courants dans l’histoire de la photographie qui pourrait illustrer ce que je vous dis et plus encore de photographes, mais j’aimerais en retenir deux qui me tiennent vraiment à cœur.

Je pourrais parler de Robert Franck, de Joël Meyerowitz, ou d’autres, mais pour illustrer mon propos j’ai choisi 2 photographes américains:

William Eggleston

William Eggleston Memphis c. 1969

Il photographie des sujets ordinaires : les habitants et les alentours de Memphis et du Mississippi, des arrière-cours, un tricycle, un téléphone, une ampoule au plafond .. du désordre ordinaire…
Il voit la complexité et la beauté du monde ordinaire.
Si vous ne connaissez pas je vous laisse découvrir :

Stephen Shore

Stephen Shore, American Surfaces

Fasciné par les paysages du Texas et de l’ouest qu’il visite, il photographiera absolument tout ce qui l’entoure.

Motels, nourriture, passants, etc… Il a une fois, photographié toute la nourriture qu’il mangeait en une journée par exemple. Les images de Shore montrent sous une forme symbolique et subtile la vie ordinaire américaine et des scènes de la vie de tous les jours, décrivant des coins de rues ou autres endroits banals que la plupart ignore et qui sont alors transformés en quelque chose d’iconique et d’inoubliable. 

Je vous invite à découvrir ces photographes et même à agrandir votre bibliothèque photographique.

Si vous ne deviez acheter qu’un seul, de ses livres, je vous recommande “Leçon de photographie : la nature des photographies” de Stephen Shore qui est vraiment dans l’esprit de ce blog.
Il y explore les différentes manières de regarder et de comprendre la photographie sous toutes ses formes.

Bon , ça  y est, vous avez tout lu, j’en arrive enfin à la QUESTION DE BASE :

Où et comment trouver un sujet ?

A la question « Pourquoi cette idée de peindre des boîtes de soupe ? »Andy Warhol répondait : « Parce que j’en consommais. J’ai pris le même déjeuner tous les jours pendant vingt ans, je crois bien recommencer toujours la même chose. Quelqu’un a dit que je subissais ma vie ; l’idée m’a plu. »

Et voilà ! Il a répondu en partie à la question , et je dis bien en partie, parce que l’autre partie de la réponse, je vous la donne à la fin, donc première réponse : observer ce qui nous entoure !

Vous l’avez senti venir, car tout mène à cette réponse, le sujet c’est : un objet, son jardin, son bureau, ses habitudes, la rue, le métro, soi-même ….

Il n’y a pas forcément besoin d’aller bien loin, de voyager ou de prendre des journées entières.

Cependant il y a un autre moyen d’aborder le sujet, qui est celui de l’expérience photographique, une partie du processus que j’appellerais ” prendre plaisir à photographier”.

Trouver un sujet à travers ce que vous aimez faire.

Vous aimez vous balader ? Les balades peuvent être votre sujet.

Vous aimez découvrir de nouveaux paysages ? Les paysages peuvent être votre sujet ou même l’excursion en elle même ou l’exploration.

Vous aimez votre famille ? (allez ne répondez pas non !) Votre famille peut être votre sujet.

Jacques Henri Lartigue disait :

Je ne suis pas photographe écrivain peintre, je suis empailleur des choses que la vie m’offre en passant

Florette. Piozzo, juillet 1959. Photographie Jacques Henri Lartigue 

Cela pourrait faire une belle conclusion mais j’avais promis une deuxième partie de ma réponse qui est : PARTEZ DE VOUS !

Partez de qui vous êtes, de ce que vous avez envie de faire, de dire, de prendre en photo et de votre POURQUOI.

Mais c’est quoi le POURQUOI ? On en reparlera une prochaine fois !

Merci de m’avoir lu et à bientôt !

LA NEWSLETTER DE MONSIEUR PHOTOGRAPHE
OUI JE VEUX RECEVOIR MES RESSOURCES OFFERTES !

Pour recevoir :
Une mini-formation vidéo GRATUITE (Les 7 Piliers de la réussite d'un photographe professionnel),
Un Ebook GRATUIT (Photographe Professionnel, devenir freelance, en vivre),
un exemple de DEVIS et des presets LIGHTROOM gratuits !
Et ne pas louper les derniers articles.

Adresse e-mail non valide
SHARE THIS STORY